defr

Musculature

Une fontaine de jouvence pour les muscles

Cellules satellites

Les cellules du muscle d’un adulte ne peuvent se diviser et se multiplier. Avec les cellules satellites, elles peuvent toutefois se régénérer et croître.

Les cellules satellites sont des cellules souches musculaires qui ne sont guère différenciées, c’est-à-dire développées, et qui peuvent, contrairement aux fibres musculaires adultes, se diviser. Elles doivent leur nom à leur position: tels des satellites, elles se trouvent pratiquement en orbite des fibres musculaires.

«Les cellules satellites ont pour rôle principal de permettre la régénération et la croissance de nos fibres musculaires», explique Dr sc. EPF David Aguayo, du département de recherche de Kieser Training. «Normalement, les cellules souches musculaires sont au repos sous la lame basale. Avec différents stimuli, nous pouvons les activer – notamment en pratiquant une activité physique.» Elles commencent alors à se multiplier. Ensuite, soit elles retournent au repos – c’est-à-dire qu’elles remplissent le réservoir de cellules souches – soit elles se différencient et constituent de nouveaux noyaux cellulaires qui peuvent être intégrés dans les fibres musculaires existantes. Il est essentiel de disposer d’un nombre suffisant de noyaux cellulaires pour la croissance du muscle – car c’est ici que se situe le plan de construction des nouvelles protéines musculaires, bien conditionné dans l’acide désoxyribonucléique (ADN).

«Une croissance musculaire extensive – durant notre jeunesse par exemple – s’accompagne d’une augmentation des noyaux cellulaires», précise D. Aguayo. La raison est la suivante: les noyaux existants dans une fibre ne peuvent approvisionner en ADN qu’une certaine zone. A partir d’une certaine ampleur de croissance musculaire, le développement supplémentaire ne peut se faire que par addition de nouveaux noyaux cellulaires. «Une activité physique continue accroît le nombre des cellules satellites et elle est donc essentielle pour développer la masse musculaire ou la conserver avec l’âge», souligne D. Aguayo.

Pas de régénération sans cellules satellites

Lorsqu’une fibre musculaire est blessée, il peut y avoir une perte en noyaux cellulaires et donc en teneur en ADN. Sans les cellules satellites, la «capacité de réparation» de nos fibres musculaires diminuerait. Les scientifiques s’accordent à dire qu’une pratique durable et régulière de la musculation augmente à nouveau le nombre de cellules satellites. «Nous partons du principe que cela préserve, voire améliore, le potentiel régénératif des muscles squelettiques.»