defr

Ossements et articulations

Quel est l’effet de Kieser Training sur la cheville?

Texte de Dr Martin Weiß, Kieser Training Rosenheim

Le mouvement de nos pieds se passe dans l’articulation de la cheville. Dans la partie supérieure de celle-ci, l’articulation tibio-tarsienne, nous fléchissons et nous tendons le pied. Elle se compose de l’astragale mais aussi de la fibula et du tibia, qui l’entourent en U. La partie inférieure de la cheville, l’articulation médio-tarsienne, nous permet de tourner le pied vers l’intérieur et l’extérieur. Elle se compose de l’astragale, du scaphoïde et du calcanéum.

Les chevilles doivent être bien armées contre les fortes sollicitations, car elles ne se contentent pas de porter tout le poids de notre corps. Le seul fait de marcher normalement peut multiplier la charge par sept. Des arrêts soudains, des changements de direction rapides et des sauts accroissent encore la contrainte, comme on en rencontre dans des sports tels que le football, le tennis, le badminton, le volley-ball, le handball ou le basket-ball. C’est la raison pour laquelle la cheville est l’une des parties du corps les plus vulnérables dans le sport.

Sa stabilité, cette articulation la doit notamment aux ligaments. Les ligaments externes stabilisent la malléole latérale, tandis que le ligament interne deltoïde stabilise la malléole interne. Des tissus conjonctifs fermes entre la fibula et le tibia assurent la stabilité de la fourche malléolaire. Mais ce sont aussi les muscles qui contribuent à la stabilité. Ainsi, les muscles péroniers – avant tout le muscle tibial antérieur et le long muscle péronier – entourent, tel un étrier, la voûte plantaire et la soutiennent puissamment.

Une musculation des tibias pour la stabilisation du pied est donc judicieuse: la nouvelle machine B3 entraîne le muscle tibial antérieur, les longs extenseurs des orteils et les muscles de la fibula. Ces pronateurs soulèvent le bord extérieur du pied. La B4 entraîne les supinateurs, avant tout le muscle tibial postérieur et les longs fléchisseurs des orteils. Ils soulèvent le bord intérieur du pied. La B8 entraîne le muscle tibial antérieur  – c’est-à-dire les muscles qui soulèvent nos pieds pour marcher. Et la J1 entraîne les muscles antagonistes – les jumeaux et les soléaires. Nous utilisons ces muscles lors que nous luttons contre la gravité, p. ex. pour nous mettre sur la pointe des pieds.

Des études attestent que l’entraînement des muscles tibiaux améliore nettement la stabilisation de notre cheville – en particulier l’articulation médio-tarsienne – et réduit le risque de blessures (cf. Enseignements issus de la science).