defr

Maladies de civilisation

Que faire en cas d’hypertension?

Si on les mettait bout à bout, les vaisseaux sanguins de notre corps représenteraient une longueur de plus de 100 000 kilomètres. Ils pénètrent dans les muscles et les organes et alimentent les différentes cellules. Pour que les muscles actionnés soient approvisionnés en oxygène et en nutriments et puissent également évacuer les produits résiduaires, les vaisseaux sanguins se dilatent. Dès que le muscle est au repos, ils se resserrent à nouveau.

De sorte à circuler assez rapidement vers les organes et les tissus dans tout le système vasculaire, le sang doit être sous pression. Pour cela, il faut une pompe et la résistance des parois vasculaires. Dans notre corps, c’est le cœur qui endosse ce rôle de pompe. Cet organe de près de 300 grammes et de la taille du poing est souvent considéré comme le moteur vital de l’être humain. Par l’intermédiaire des vaisseaux capillaires, il pompe le sang dans chaque cellule de l’organisme. Le cœur bat près de 100 000 fois par jour et achemine quelque 7000 litres de sang dans le système circulatoire, en se contractant et se relâchant.

La pression sanguine, ou tension artérielle, désigne la pression dans les vaisseaux sanguins. Elle est exprimée en mmHg (millimètres de mercure). Cette pression n’est pas constante et fluctue en permanence. Lorsque l’on vous hurle dessous, par exemple, votre tension artérielle augmente. Et lorsque nous faisons un discours devant plusieurs personnes, la tension artérielle augmente de 20 à 30 mmHg sous l’effet de l’excitation. Cette hausse est absolument sans danger dans la mesure où elle ne reste pas à haut niveau de façon chronique.

Lorsque votre médecin contrôle votre tension artérielle, il mesure l’augmentation et la diminution de la pression sanguine:

  • la valeur de pression sanguine supérieure ou systolique apparaît lorsque le ventricule se contracte et que la tension artérielle est la plus forte. Une plage située entre 120 et 139 mmHg est considérée comme normale.
  • la valeur de pression sanguine inférieure apparaît lorsque le cœur se relâche et que la pression dans les vaisseaux est la plus faible. Une plage située entre 80 et 89 mmHg est considérée comme normale.

Lorsque les valeurs de tension artérielle se situent à 140/90 mmHg ou au-dessus, on parle d’hypertension. Une tension artérielle trop élevée est un facteur de risque important pour les accidents vasculaires cérébraux, les infarctus aigus du myocarde, les insuffisances cardiaques et la mort soudaine. Selon cette définition, plus de 20% de la population se caractérisent par une tension artérielle trop élevée. L’hypertension fait partie des maladies insidieuses qui ne se remarquent que lorsqu’il est trop tard. La seule chose utile est donc de mesurer régulièrement sa tension et, en cas de doute, de consulter un cardiologue. Les principaux facteurs de risques supplémentaires sont le surpoids (surtout avec de la graisse abdominale), des taux élevés de lipides sanguins, le tabagisme, des taux élevés de glycémie tout comme des cas d’accident vasculaire cérébral dans la famille. Pour près de 90% des patients souffrant d’hypertension, les causes sont à chercher dans la prédisposition génétique et dans le mode de vie (1). À la différence de votre patrimoine générique, vous pouvez changer votre mode de vie. C’est ici que vous devez agir – de préférence avant même qu’un traitement médicamenteux ne soit nécessaire.

Pour les patients souffrant de maladies cardiovasculaires en particulier, la musculation était considérée comme contreproductive, voire dangereuse, il y a quelques années encore parce qu’au cours d’une séance de musculation, la tension artérielle augmente fortement, ce qui représente un risque pour les patients cardiaques. Des études récentes ont toutefois montré que cette précaution était fondamentalement inutile. Au contraire: parce qu’elle développe la force musculaire, la musculation peut contribuer de façon décisive au rétablissement de la qualité de vie. En raison de ses effets positifs sur des facteurs de santé importants, la Deutsche Gesellschaft für Prävention und Rehabilitation von Herz- Kreislauferkrankungen e.V. (société allemande de prévention et de réadaptation pour les maladies cardiovasculaires) conseille la pratique d’une musculation modérée pour des groupes de patients caractérisés par une symptomatique appropriée.

L’ampleur de la diminution de la tension artérielle systolique (env. 5-6 mmHg) et diastolique (env. 3-4 mmHg) induite par la musculation est associée à une réduction d’environ 18% des incidents cardiovasculaires les plus fréquents (2). Ces effets bénéfiques de la musculation sur la tension artérielle systolique et diastolique s’appliquent également aux personnes souffrant d’hypertension. En effet, en comparaison avec les personnes affichant une tension normale, ce sont les hypertendus qui présentaient la plus forte diminution de leur tension artérielle après la musculation (3). Quand on sait que la diminution de la tension artérielle systolique et diastolique est considérée comme un pilier de la prévention pour les personnes hypertendues (4), la musculation a vocation à servir de complément ou de traitement alternatif, voire à faire partie des antihypertenseurs généralement prescrits.

Des études menées avec des patients cardiaques montrent qu’une musculation pratiquée à faible dose produit déjà des effets significatifs. Sur une période de 10 à 12 semaines, des croissances musculaires moyennes de 20 à 40% pouvaient être atteintes (5). Les séquences de mouvements deviennent plus harmonieuses, la dépense d’énergie et de force est réduite. Conséquence: la fréquence cardiaque et la tension artérielle sont moindres lors d’une sollicitation de la force, notamment lorsque l’on soulève une caisse d’eau minérale, ce qui contribue à ménager le système cardiovasculaire. Ainsi, cette pratique améliore nettement la qualité de vie et aide le patient à retrouver un mode de vie actif. Pour les personnes ayant perdu de la force et de la masse musculaire en raison de leur maladie qui les contraint à se ménager physiquement, une musculation bien dosée en complément d’un entraînement d’endurance est particulièrement recommandée. Avec la musculation, vous soulagez votre tension artérielle à titre préventif et thérapeutique, en développant vos muscles.


Références:

1. Robert Koch Institut. Statistisches Bundesamt, Gesundheitsberichterstattung des Bundes, Heft 43, Hypertonie.

2. Blood Pressure Lowering Treatment Trialists Collaboration (2014). Blood pressure-lowering treatment based on cardiovascular risk: a meta-analysis of individual patient data. Lancet 384, 591–598.

3. MacDonald, H. V., Johnson, B. T., Huedo-Medina, T. B., Livingston, J., Forsyth, K. C., Kraemer, W. J., et al. (2016). Dynamic resistance training as stand-alone antihypertensive lifestyle therapy: a meta-analysis. J. Am. Heart Assoc. 5, 1–15.

4. Joseph, P., Leong, D., McKee, M., Anand, S. S., Schwalm, J. D., Teo, K., et al. (2017). Reducing the global burden of cardiovascular disease, part 1: the epidemiology and risk factors. Circ. Res. 121, 677–694.

5. Konstantinos A. Volaklis and Savvas P. Tokmakidis (2005). Resistance Exercise Training in Patients with Heart Failure. Sports Med. 35, 1085-1103.

Article connexe

[Translate to French:]

Quel est l’effet de Kieser Training sur les maux de tête?

[Translate to French:]

Quels sont les effets de Kieser Training sur le syndrome de burn-out?

Que faire en cas de voûte plantaire affaissée, pieds valgus, pieds plats, pieds étalés ?

Tout le monde devrait entraîner son plancher pelvien – et de préférence dès un jeune âge

Douleurs cervicales: La mutation numérique a sur l’homme des conséquences physiques

Le joggeur et son genou

Lutter contre la nuque raide

Toujours fatigués le matin?

Die Psyche

Welche Auswirkung hat Kieser Training eigentlich auf unsere Psyche?